Un régime démographique traditionnel

Dans les pays européens, il faut attendre le xviii" et surtout le xixe siècle pour que la bourgeoisie constitue une classe sociale numériquement puissante. Jusqu'alors, les nobles d'une part, les paysans et les artisans de l'autre, formaient l'ossature des nations. Le faible contingent de bourgeois ne pesait pas lourd dans les destinées démographiques des pays.

De même, dans l'Inde ou la Chine d'aujourd'hui s'opposent une classe très riche et une classe très pauvre. L'évolution démographique de l'Europe occidentale a été influencée par les bouleversements économiques de la fin du xvine et surtout du xix6 siècle dans la mesure où ils ont contribué à créer une classe moyenne dont le comportement démographique est très différent de celui des classes prolétariennes.

Economiquement, le régime primitif est lié à une agriculture nourricière et à une industrie artisanale. Il s'établit ainsi entre le système économique et le système démographique des rapports de cause à effet extrêmement complexes : le caractère nourricier de l'agriculture, la division de la propriété, le recours au seul travail à bras sur des parcelles réduites, tout cela s'exagère avec l'accroissement de la population.

Le travail artisanal, grand consommateur de travail humain, trouve dans ce milieu des conditions d'épanouissement et il le soutient en faisant vivre, tant bien que mal, une partie de la population. Pour terminer cette tentative d'interprétation géographique du régime démographique primitif, il n'est pas inutile de le lier au milieu naturel.

Navigation

Il y est plus facile de s'accommoder de la pénurie d'argent ou de confort, la vie y est moins exigeante. Nous avons ainsi trouvé quelques raisons pour expliquer l'existence the obesity code vinegar ce régime démographique dans le passé et ses survivances du présent. Mais, l'examen de ses conséquences nous le montrera, explication n'est pas justincation : il serait très souhaitable de voir les peuples de l'Asie des Moussons, qui forment la moitié de l'humanité, contrôler une natalité qui les surcharge!

Les conséquences. Elles sont très nombreuses, à la fois d'ordre démographique, économique et politique.

La première, c'est un accroissement naturel inquiétant, d'autant plus inquiétant, qu'il porte sur une population déjà nombreuse. Si son taux n'est pas très élevé, parfois même beaucoup plus faible que celui de certains pays neufs, par contre les chiffres absolus sont des chiffres record. En 15 ans, la population de l'Inde s'est accrue d'un nombre d'habitants égal à la population française. Survenant dans des pays où l'optimum démographique est largement atteint, cet accroissement naturel ris.

Un surpeuplement permanent découle de cet extraordinaire accroissement de la population; deux solutions seulement apparaissent : l'émigration et la sélection naturelle. Or, l'émigration devient de plus en plus difficile, les pays de race blanche fermant leurs portes à l'immigration jaune.

Quant à la sélection naturelle, c'était la solution du passé. Des famines et des épidémies périodiques entraînant une mortalité effroyable rétablissaient momentanément l'équilibre démographique.

Ces grands cataclysmes n'ont plus la même ampleur depuis la mise en valeur des pays par les Européens; les taux de mortalité ayant diminué grâce à la civilisation occidentale, l'accroissement naturel n'en est que plus facile et plus inquiétant. On devine la troisième conséquence démographique de ce régime primitif : des densités extraordinaires. Enle Bengale comptait habitants au km2, le Béharles Provinces Unies En Chine, on évalue à 1.

Ces densités presque uniquement rurales n'ont d'équivalent en Europe que les zones très fortement industrialisées de la Ruhr, des bassins houillers anglais ou belges.

Les répercussions économiques d'un tel régime démographique sont évidemment très graves. Il en résulte une mauvaise exploitation du sol, parce que l'agriculture est trop exclusivement vivrière; la propriété est trop morcelée et se réduit souvent à un véritable jardinage; les rendements, sur un sol mal cultivé, mal pourvu d'engrais, sont relativement faibles, du moins par rapport à la quantité de travail dépensé, ce qui rend plus douloureux encore le problème de la surpopulation.

Faute de capitaux, faute de technique, l'élevage et la mécanisation sont impossibles. Pas assez de capitaux, trop d'hommes sont donc responsables d'une agriculture archaïque. Mais en Europe, le problème n'a jamais été aussi grave que dans l'Asie des Moussons. Les densités rurales étaient moins fortes, l'émigration fut possible et pratiquée à grande échelle; puis, l'Europe a été à l'origine de la révolution industrielle, de la révolution agricole et des techniques d'élevage.

Toutes ces conditions, qui ne sont pas réunies dans l'Asie des Moussons, expliquent que les montagnes et les campa. Dans l'Inde et la Chine, le mal est si grand que les remèdes sont plus difficiles à appliquer que dans l'Europe du xixe siècle.

Ils supposent un plan d'ensemble qui dépasse à la fois notre compétence et le cadre de cette simple esquisse démographique. De graves conséquences politiques sont encore à mettre au compte de ce. D'abord, l'existence de pareilles masses humaines constitue en elle-même un danger. D'autre part, le rôle des Européens devient de plus en plus délicat. En introduisant l'hygiène, ils ont réduit la mortalité, mais la natalité n'a pas diminué dans les mêmes proportions; ils ont donc contribué à l'accroissement de la population sans améliorer suffisamment les conditions de vie.

Et l'on devine la gravité du problème qui demeurera inquiétant tant que le taux de la natalité se maintiendra à ce niveau puisque le passage des Européens a seulement réduit la mortalité. Le régime démographique reste primitif pour le taux de natalité, ne témoignant d'une certaine évolution que pour le taux de mortalité. L'européanisation devient donc dangereuse pour l'Europe elle-même.

Le second type de régime démographique, qui est celui des pays neufs à peuplement blanc, ne pose heureusement pas les mêmes problèmes. Le régime démographique que nous avons qualifié de primitif était souvent celui de très vieilles civilisations. L'Australie, la Nouvelle- Zélande, le Canada, et à un degré moindre certains états de l'Amérique du Sud Argentine, Uruguay en sont les exemples les plus remarquables.

Ils sont caractérisés par une forte natalité, une faible mortalité, et par de l'immigration. Us s'opposent ainsi très nettement au régime primitif des pays d'Extrême Orient. Les taux de natalité sont en effet moins élevés que ceux d'un régime démographique primitif mais davantage que ceux des pays. Cette forte natalité s'explique d'ailleurs aisément : les pyramides d'âge nous révèlent en effet une population jeune, donc une composition de la population favorable à une natalité élevée; d'autre part, une densité kilométrique faible 1 au km2 au Canada ou en Australie écarte les risques de surpopulation; enfin, l'immigration de jeunes contingents européens contribue à rajeunir encore la population, à augmenter la proportion des adultes, à lui assurer plus de natalité.

Ces taux, qui comptent parmi les plus bas du monde, sont dus à l'équilibre d'une population où la proportion des vieillards est beaucoup plus faible qu'en Europe, mais où la proportion des jeunes enfants est beaucoup plus faible que dans l'Asie des Moussons; ils sont dus également à un niveau de vie très élevé, à un développement de l'hygiène plus répandu dans toutes les classes de la société. Le bilan natalité-mortalité est très fortement positif, grâce surtout à une très faible mortalité.

L'accroissement naturel a donc ici une signification différente de l'accroissement naturel de l'Asie des Moussons. En valeur absolue, ils restent faibles parce que le chiffre de la population n'est pas très élevé : La pyramide d'âge qui correspond à un régime démographique jeune est très différente de celle du type primitif.

Elle reste une pyramide classique, sans rentrants ni saillants, donc très différente aussi des pyramides des pays européens sur lesquelles on peut, avec un peu d'habitude, retracer les épisodes politiques ou économiques. En effet, par rapport aux pyramides des régimes démographiques primitifs, la- base formée par la tranche d'âge de 0 à 5 ans est. La pyramide est donc moins trapue vers le bas, moins rapidement efflanquée vers le sommet par suite d'une plus forte proportion de vieillards.

Elle est plus haute, moins large vers le bas, moins étroite vers le centre et le sommet. Quelques chiffres peuvent éclairer utilement cette comparaison. En fin de compte, le nombre des adultes, qui constituent la population productrice, est proportionnellement beaucoup plus élevé au Canada que dans les pays d'Extrême-Orient à très forte natalité.

Les régimes démographiques jeunes échappent au double danger d'une population trop vieillie comme les pays d'Europe occidentale, et d'une population trop jeune comme l'Inde ou la Chine. Géographiquement et économiquement, les régimes démographiques jeunes correspondent donc à des pays neufs, peuplés par immigration.

Les densités sont faibles en dépit de l'accroissement naturel, l'exploitation du sol est inégale, mais en général mécanisée; il ne se pose aucun problème de surpopulation et ces pays sont pour la plupart capables d'absorber de nouvelles vagues d'immigrants.

Le problème politique est celui de l'assimilation mais non. Il s'agit donc de pays qui non seulement n'ont pas encore atteint leur. Par contre, certains pays qui, il y a un demi-siècle, pouvaient se ranger dans cette catégorie, ont évolué rapidement vers un régime démographique mûr.

Ce régime démographique mûr est intermédiaire entre le type jeune décrit précédemment et le type vieux qui caractérise l'Europe occidentale.

Comme pour le premier, il s'agit d'une population de race blanche, qui a un souci évident de maintenir un niveau de vie assez élevé, qui révèle des taux de mortalité très faibles par rapport à la composition de la population. Outre ces traits communs, le régime démographique mûr garde sa physionomie propre : les courbes de population et de natalité, soumises à toutes les fluctuations économiques et politiques, sont très changeantes.

Les pyramides d'âge accusent donc des saillants et des rentrants. C'est le régime démographique qui, à coup sûr, révèle le mieux les liens qui peuvent exister entre l'économie, la politique et la démographie, et qui met en lumière le mieux l'interdépendance des trois phénomènes.

Un examen de la natalité, de la mortalité, de la composition de la population nous permettra d'esquisser une interprétation géographique. Les taux de natalité présentent deux caractères fondamentaux. Le premier, d'ordre quantitatif, révèle les taux dans l'ensemble assez faibles, plus bas que ceux que l'on avait pu enregistrer dans les régimes démographiques jeunes, mais plus élevés que ceux que l'on aura à mentionner pour les régimes démographiques vieux de l'Europe occidentale.

Les taux moyens de natalité pour une période de 15 ans aux U. Ce niveau moyen de la natalité s'explique par le souci de maintenir un niveau de vie élevé et par la composition de la population qui accuse un certain vieillissement. Les taux de mortalité sont très faibles, surtout si l'on tient compte du vieillissement de la population.

Ils sont donc légèrement supérieurs à ceux des pays neufs Australie, Canadade population plus jeune, mais inférieurs à ceux des nations occidentales caractérisées par un fort vieillissement de la population. Le bilan naissances-décès est là encore nettement positif. Mais la grande originalité de ce régime mûr, qui l'apparente bien plus aux deux vieilles nations de l'Europe occidentale qu'aux pays neufs, c'est la pyramide d'âge et la composition de la population.

Pyramide d'âge et composition de la population. Cela tient à ce que, la natalité étant plus faible que dans les pays neufs, la proportion des moins de 20 ans est plus petite, ce qui gonfle la tranche des adultes. D'autre part, un peuplement plus ancien, une moins forte immigration expliquent le vieillissement de la population, donc la proportion élevée de vieillards.

Enfin, un niveau de vie généralement haut, qui accroît la durée moyenne de la vie, est responsable de la forte proportion de vieillards. Par rapport au type démographique primitif, la proportion beaucoup plus forte des vieillards et la proportion bien plus faible des enfants et des moins de 20 ans s'expliquent clairement par une natalité beaucoup moins élevée et par une plus longue durée de la vie.

La pyramide d'âge des pays à régime démographique mûr est caractérisée par une forme générale de cloche, les tranches du bas arrivant tout juste à renouveler les tranches des adultes; ceci prouve que si la population s'accroît d'un recensement à l'autre, c'est, soit parce que la durée moyenne de la vie augmente, soit parce que ces pays ont bénéficié d'un courant d'immigration.

D'autre part, si ces pyramides d'âge ont une forme générale de cloche, à l'intérieur de ce profil il se dessine de nombreux saillants et rentrants suivant les. A cet égard, la pyramide d'âge de l'Allemagne, ou celle des U. Par exemple, celle des U. Par contre, la tranche fort gonflée des ans, nés entre etse justifie par la période de compensation démographique consécutive à toutes les. D'autre part, ces gens nés entre et sont eux-même les enfants d'immigrants jeunes arrivés à la fin du xixe siècle, donc immigrants qui dans bien des cas étaient encore des pionniers.

Par contre, à partir de la tranche d'âge de 20 à 25 ans et jusqu'au sommet, la pyramide offre une assez belle régularité qui peut s'expliquer : elle correspond au régime démographique jeune que connurent les U. C'était l'époque de la formation du peuplement, durant laquelle une puissante immigration, une forte natalité, une belle vitalité valurent à ce pays- jeune un régime démographique lui aussi jeune.

Quelle peut être la signification géographique des régimes démographique mûrs? Ils correspondent à un haut degré de civilisation matérielle où les phénomènes démographiques en particulier la natalité et les mouvements migratoires sont étroitement liés aux phénomènes économiques. Ils correspondent à un désir d'équilibre démographique et économique qui recourt, si besoin est, aux pratiques malthusiennes. Fait assez curieux, il y a une correspondance entre les peuples protestants, malthusiens, fortement individualistes, soucieux de la qualité plus que de la quantité, et la carte des pays où domine un régime démographique mûr.

Sans doute, la réalité est-elle plus complexe, mais on ne saurait négliger ni sous-estimer ce lien.

Transition démographique et vieillissement de la population

Enfin, ces pays sont caractérisés également par la faiblesse des mouvements migratoires extérieurs. La natalité n'est plus assez forte pour continuer à alimenter l'émigration, et dans les pays qui furent jadis des terres d'immigration, des mesures restrictives très sévères l'ont presque supprimée.

D'ailleurs, bon nombre de pays classés dans cette catégorie n'en ont pas exactement tous les caractères : la Suède s'apparente davantage aux caractères démographiques de l'Europe occidentale.

Mais l'on sait de reste que toute tentative de classification, si elle offre l'avantage de mettre un peu d'ordre et de clarté dans des phénomènes complexes, mutile, en contre-partie, la réalité. Ce régime démograhique affecte surtout les deux grands pays de l'Europe occidentale, l'Angleterre et plus encore la France.

La transition démographique

Il est caractérisé par des taux de natalité très faibles, par une mortalité relativement forte à cause du vieillissement de la population, par une très forte proportion de vieillards, par une pyramide d'âge en forme d'urne ou de toupie agrémentée en outre de nombreux saillants ou rentrants suivant les tranches d'âge.

Le régime démographique de ces deux grandes nations de l'Europe occidentale peut s'expliquer par leur avance industrielle, par leur richesse passée et par la saignée provoquée par deux grandes guerres mondiales. La natalité, la mortalité, l'accroissement naturel. Annevoie arr. Miécret arr. Ciergnon arr.

Programme regime rpa xls

Rienne arr. Pour ces deux communes, un couplage entre ces recensements et ceux de et a également été opéré. Les décès étant ainsi réinjectés dans la base de données, les familles toujours présentes au recensement suivant sont donc complètes en matière de fécondité, puisque les enfants décédés sont pris en compte. Nous avons pu ainsi récupérer une partie des populations recensées et non présentes dans le registre de Pour chaque individu, nous avons pu déterminer sa présence en et 31 décembre en analysant les ajouts et la disposition des inscriptions dans chaque ménage.

Figure 5. Sources et méthodes de dépouillement des phénomènes démographiques. Ces communes, dont le choix nous a été imposé par la conservation des listes nominatives du recensement desont souvent spatialement à la marge des groupes dont elles sont issues. Elles peuvent donc aussi refléter des comportements des groupes spatialement voisins.

Il convient de rappeler ici que la typologie a créé des groupes dans un continuum. Tous les niveaux observés dans les six communes respectent la hiérarchie observée dans la typologie. Cependant, toutes les études traitant de la mortalité infantile des provinces belges arrivent à ce constat pour la province de Namur, comme celle du Luxembourg.

Rappelons que cette mortalité importante est un des déterminants de la constitution du groupe de communes auquel Gelbressée se rattache dans la typologie. Un indicateur est également construit pour mesurer la fréquence des crises de mortalité selon la méthode élaborée par Dûpaquier []. Ce phénomène est généralement très mal connu pour cette période faute de données. Elle est aussi la plus complexe. Le contrôle de la fécondité légitime par arrêt ou espacement peut également être une stratégie mise en place par ces populations.

Une seule exception, Miécret tant pour ses taux de fécondité que pour ses obesite bacterie intestinale sintomi bruts de natalité. Tableau 3. Les six communes présentent des structures très proches. Seule la part des moins de 15 ans est quelque peu plus importante dans les deux communes à plus forte fécondité Gelbressée et Hanret. Devons-nous déroger aux précautions énoncées plus haut de non-représentativité des communes-cas?

Nous devons admettre que les populations des villages de la province ont une structure de population très semblable. Nous parlons bien entendu de communes rurales, les villes ont une structure par âge propre, plus influencée par la migration [Eggerickx,p.

De cette prémisse découle une conclusion très importante. La répartition des régimes démographiques de la province de Namur ne se calque pas parfaitement sur celle des régions agro-géographiques carte 2. Overheidsstatistiek in Belgïe,Academia Press, Gent, p. Une approche spatiale, Annales de Démographie historique, pp. Mardaga; p. La Province. Économies-Sociétés-Civilisations, t. Mitterauer M. Historical Studies, Liverpool University Press, pp. Bideau, A. Perrenoud, K. Lynch, G. Brunet Les systèmes démographiques du passé, s.

ORIS M. Revue pluridisciplinaire traitant des notions d'espace, de population et de société. Espace populations sociétés Space populations societies. Sommaire - Document précédent. Résumés Français English. Plan Introduction. Les caractéristiques des groupes selon les variables. Deuxième étape. Choix des communes-cas et régimes démographiques. Les régimes démographiques dans les six communes-cas.

Texte intégral PDF Signaler ce document.

Un régime démographique traditionnel

Carte 1. La province de Namur dans la Wallonie Agrandir Original jpeg, k. Carte 2. Les régions agro-géographiques de la province de Namur Agrandir Original jpeg, k. Carte 4. Localisation des six communes-cas dans la province de Namur Agrandir Original jpeg, k. Sources et méthodes de dépouillement des phénomènes démographiques Agrandir Original jpeg, 68k.