Ma fille en surpoids

Mais j'ai continué,crêpes au goûter pour la chandeleur les 2 jours suivants. Et alors que moi je n'ai pas pu prendre de dîner tant la crêpe lourdingue que j'avais mangée m'avait gavée, mes deux filles ont réclamé des pâtes avec leurs légumes - que je leur ai donné à noter que ma numéro 2 ne m'a rien réclamé de plus que la numéro 1 sur ce coup-là Je les traite d'ailleurs toujours toutes les deux de la même façon.

Personnellement la méthode Zermati m'a "sauvée" il y a maintenant 10 ans et depuis, je ne fantasme plus sur les gâteaux, pizzas, bonbons, chocolats et fromages qui m'ont fait rêver pendant tant d'années Rêver et souffrir car je n'ai pendant 15 ans jamais pu en manger sans culpabilité. Aujourd'hui j'en mange quand je veux, j'en veux beaucoup moins qu'avant Zermati et à chaque fois c'est avec beaucoup plus de plaisir qu'avant car sans culpabilité et je suis mince cela dit, je fume, 10 cigarettes par jour et quand j'ai arrêté 6 mois j'ai pris 3 kilos J'aimerais que toutes mes filles fonctionnent sur ce mode là mais concernant ma numéro 2, j'ai l'impression que soit elle a toujours faim, soit que faim et satiété ne sont pas des moteurs effectifs et du coup, j'ai peur de continuer et que ma numéro 2 passe de surpoids à obésité et ma numéro 1 de poids normal à surpoids quoique cette dernière, aimant moins de chose, mange moins que sa cadette.

Que faire? Je me suis même demandée si ça ne valait pas le coup pendant un temps de faire fi de toutes les bonnes règles alimentaires et de ne proposer à mes filles de ne manger que des choses qu'elles aiment et qu'elles choisiraient, quitte à le faire en lieu et place du sacro-saint trio protéines-légumes-féculents.

Il n'y a pas d'obèse dans la famille, ni même de personne en surpoids important. Nous sommes plutôt minces et mes filles ont une activité physique 1 à 3 heures de tennis par semaine, 1 heure de danse et elles marchent 1km par jour 4 jours par semaine pour rentrer de l'école. Je pourrais entendre que ma numéro 2 est ronde car c'est sa nature, son "set point" si ce n'était ce comportement particulier avec les gâteaux, les bonbons et la malbouffe de l'école frites, raviolis etc. En fait c'est plus cela qui me soucie Et ni son pédiatre ni un pédopsy que j'ai vu ne m'apporte des réponses que j'arrive à comprendre et donc à mettre en pratique : "ne parlez pas de nourriture", "ne parlez pas de son surpoids" Comment faire cela et apprendre aux enfants à manger?

Que dire à sa fille qui vous rapporte qu'une de ses copines de classe lui a dit qu'elle était grosse? Ou qui est gênée par son gros ventre lorsqu'elle se regarde dans le miroir? S'il vous plaît, aidez-moi Son IMC est de 19, il est obèse. Les apports nutritionnels pendant la grossesse doivent être variés, équilibrés et riches en bonnes graisses, particulièrement en oméga 3.

La diversification alimentaire intervient trop tôt. Il contient lui aussi trop de protéines. Les tout-petits mangent encore trop de protéines au détriment des légumes, des féculents et des fruitset leurs portions sont trop substantielles. Après ans, les besoins en graisses diminuent. Malheureusement, les lipides apportent beaucoup de calories sous un faible volume. Par ailleurs, tous les enfants sont friands de jus de fruits et de sodas.

Recette minceur fenouil

Cette petite fille jouait chaque jour dans le square en bas de chez elle. Lorsque sa maman a retrouvé un emploi, elle a été confiée à sa grand-mère. Moins de six mois ont suffi pour que Sophie retrouve une corpulence normale et se stabilise sans efforts.

La nourriture est avalée mécaniquement, sans même y penser.

Profitez du week-end pour aller tous ensemble à la piscine, faire une grande promenade dans les bois ou jouer au ballon. Les activités physiques devraient être valorisées autant que les occupations intellectuelles!

Elle croise les courbes de corpulence de son âge? Consultez un médecin qui suivra alors votre tout-petit. Dans sa famille, un enfant trop gros ou obèse doit être traité exactement comme les autres. En clair, la même nourriture sera proposée à tous, parents et enfants : steak et haricots verts par exemple.

Aucun aliment ne doit être interdit non plus, les confiseries seront simplement réservées à des moments exceptionnels. Cet apprentissage ne peut pas se faire chez un enfant qui grignote souvent. Lors du repas, il faut lui apprendre à manger doucement et à mâcher ses aliments.

Mais à cet âge les différences interindividuelles sont parfois très grandes et sont marquées entre les garçons et les filles.

A cet âge les garçons auront toujours tendance à développer du muscle en grandissant alors que la jeune fille acquiert naturellement de la masse grasse!

Ses goûts et son comportement alimentaire vont ressembler à ceux du groupe auquel il appartient. Cette période est nécessaire pour lui-même si elle est conflictuelle. Grignotages, déstructurations des repas, goûts spéciaux, etc : tous ces comportements sont des comportements banals à cet âge, inclus dans un processus de désorganisation global et normal.