Obese countries 2014 list

Analyse statistique: La saisie des données était réalisée en utilisant le logiciel SPSS dans sa 18ème version. Les enfants avaient tous eu une mesure du poids et de la taille et un calcul de lIMC. Tableau 1 illustre la répartition des élèves examinés selon le poids, la taille et l'IMC. Figure 1 montre la fréquence de la surcharge pondérale et de l'obésité selon l'ITOF et les courbes françaises. Tableau 2 illustre la répartition de la corpulence par sexe selon l'ITOF et les courbes françaises.

Selon l'ITOF, il n'y avait pas de différence significative pour la prévalence de l'obésité entre les deux sexes. Sur les enfants pour les quels des mesures anthropométriques ont été prises, élèves ont rendu les questionnaires complets sans données manquantes. Après une analyse multi-variée, parmi les sept facteurs associés significativement au surpoids, seuls quatre étaient des facteurs indépendants Tableau 4. L'ensemble des études menées à la fois dans les pays industrialisés et en développement indiquent une augmentation rapide du nombre d'enfants ayant un surpoids ou une obésité.

Enselon les standards de l'OMS, 43 millions d'enfants dont 35 millions dans les pays en voie de développement étaient considérés comme étant en surpoids ou obèses; 92 millions étant à risque de surpoids.

Le taux d'obésité dans les pays développés étant 2 fois plus élevé que celui des pays en voie de développement [ 1 ]. Elle avait plus que doublé depuis les années [ 3 ]. L'augmentation de l'obésité sévère étant plus rapide que celle de l'obésité modérée [ 3 ]. Dans une étude récente menée par Boukthir et al. Certaines études [ 31213 ] mais pas toutes [ 3 ], avaient constaté que le surpoids est plus important chez les filles.

Dans notre série la prévalence de l'obésité était comparable entre les deux sexes. La prévalence de l'obésité était comparable entre les deux sexes. D'autres part, les garçons à cet âge seraient plus actifs [ 13 ].

Ceci était également constaté par Gaha et al. D'autres facteurs peuvent influencer le profil pondéral des enfants, tel que leur poids à la naissance.

Bedui et al. De nombreuses études s'accordent pour montrer que la majorité des enfants obèses au début de leur vie ne le resteront pas [ 16 ]. Une durée courte inférieure à 6 mois d'allaitement et la diversification alimentaire précoce sont également pourvoyeurs de surcharge pondérale chez les enfants [ 1216 ].

Les enfants dont les parents sont obèses ont un risque important de devenir obèses [ 1718 ]. Whitaker et al. Cette association pourrait être expliquée par le déterminisme génétique et par le fait que les membres d'une même famille partagent le même style de vie, la même alimentation et le même niveau socioéconomique [ 1920 ].

Ceci était également constaté dans d'autres études réalisées dans d'autres pays en voie de développement [ 162122 ]. Paradoxalement, dans les pays développés, c'est le niveau socio-économique bas qui est généralement un facteur de risque de l'obésité chez les enfants [ 1617 ]. Dans une revue de la littérature, Newby [ 23 ] avait conclu qu'il y avait un manque de convergence des études sur le lien entre apports énergétiques et surpoids chez les enfants.

Malgré ceci, le déséquilibre des apports en nutriment, était souvent évoqué comme risque de développer une obésité au cours de la croissance [ 1416 ]. Bellisle et al. De même, Jouret et al. Le petit-déjeuner est souvent abandonné, ce qui peut entraîner des prises alimentaires incontrôlées en dehors des repas en raison de sensations de faim [ 16 ]. Par contre, nous avons trouvé une corrélation positive entre le surpoids et la prise de plus de 2 goûters par jour, aussi bien en analyse uni-variée que multi-variée.

Ce dernier résultat était confirmé même après ajustement par une analyse multi-variée. Le bénéfice d'une activité physique régulière sur la composition corporelle et le développement de l'enfant était bien documenté. Les enfants actifs ont une masse grasse faible même si l'apport énergétique est élevé [ 16 ]. Nos résultats corroborent celles de la plupart des études publiées à ce jour et qui montrent que ce boat rides in eastbourne pas tant le lien entre l'activité physique et le surpoids qui semble être prépondérant mais plutôt celui entre sédentarité et surpoids.

La prévalence de la surcharge pondérale et de l'obésité chez l'enfant est en augmentation galopante. Les chiffres apportés par les différentes études nous incites à tirer la sonnette d'alarme afin d'analyser les facteurs de risque de l'excès pondérale infantile dans le but de planifier et de mettre en place un programme de prévention entrepris très tôt dès l'enfance.

Tout doit être mis en oeuvre pour améliorer ce profil de santé encourageant nos jeunes par la promotion d'une alimentation saine et l'instauration d'activité physique extrascolaire régulière. L'instauration des clubs de santé actifs dans l'ensemble de nos établissements serait d'une grande utilité dans ce contexte. Ces mesures de prévention ne devraient pas se limiter aux approches individuelles, mais devraient aussi inclure des mesures structurelles sur l'environnement social et physique de l'enfant.

Tous les auteurs ont également contribué à la conduite de ce travail et ont lu et approuvé la version finale. National Center for Biotechnology InformationU. Pan Afr Med J. Published online janv. Author information Article notes Copyright and License information Disclaimer. Reçu sept. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

This article has been cited by other articles in PMC. Conclusion L'identification des facteurs de risque du surpoids et de l'obésité infantile permettrait de dépister les enfants à risques afin de leur proposer des mesures de prévention adaptées. Mots-clés : Enfant, obésité, surpoids, facteurs de risque, milieu scolaire. Recueil des données Description du protocol Mesure des paramètres anthropométriques: Le poids en kg était mesuré avec une précision proche de 50 grammes entre 8h du matin et midi chez des sujets déchaussés en tenue légère et avec vessie vide.

Open in a separate window. Figure 1. Tableau 2 Prévalence de l'obésité et du surpoids selon le sexe. Facteurs de risque associés au surpoids obésité incluse; référence IOTF Sur les enfants pour les quels des mesures anthropométriques ont été prises, élèves ont rendu les questionnaires complets sans données manquantes.

Discussion L'ensemble des études menées à la fois dans les pays industrialisés et en développement indiquent une augmentation rapide du nombre d'enfants ayant un surpoids ou une obésité.

Conclusion La prévalence de la surcharge pondérale et de l'obésité chez l'enfant est en augmentation galopante. Contributions des auteurs Tous les auteurs ont également contribué à la conduite de ce travail et ont lu et approuvé la version finale. Références 1. Prevention strategies of childhood obesity. Arch pediatr. Ben Slama F, Achour N. L'obésité de l'enfant en Tunisie et dans le Monde.

Institut National de la Santé Publique.

Aliments faibles en potassium liste

Tunisie Médical. Blood pressure and associated factors in a North African adolescent population. A national cross-sectional study in Tunisia. BMC Public Health. Prevalence of the metabolic syndrome among urban schoolchildren in Sousse, Tunisia.

Obese countries 2014 list

Int J Cardiol. Getting started on a plant-based diet or looking to refresh your eating habits? Download our practical guide to long-term success. Get free recipes and the latest info on living a happy, healthy plant-based lifestyle.

Forks Meal Planner makes it easy! Create delicious plant-based meals every week. Get Your Free Plan! News Feed Wellness. Some Highlights From the Study: For men, the obesity rate more than tripled over the past four decades, rising from 3. For women, the obesity rate more than doubled over the past four decades, rising from 6.

The USA still has the highest number of severely obese men and women in the world. Japanese men and women have the lowest BMI in the high-income world. Average BMI is higher in English-speaking high-income countries than in non-English-speaking high-income countries, with American men and women having the highest BMI of any high-income country.

Have something to say about this article? Click to expand the conversation. Free Download 7 Keys to Success on a Healthy Vegan Diet Getting started on a plant-based diet or looking to refresh your eating habits? Join our mailing list Get free recipes and the latest info on living a happy, healthy plant-based lifestyle.