Surpoids arthrose 2014

L’arthrose : pas une fatalité

Près de la moitié des enfants de moins de 5 ans en surpoids ou obèses vivaient en Asie en Au niveau mondial, on a constaté:. Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, les enfants risquent davantage de ne pas recevoir une alimentation adaptée à leur âge, que ce soit au stade prénatal, à celui du nourrisson ou du jeune enfant.

Parallèlement, ils sont exposés à des aliments riches en lipides, en sucre, en sel, très caloriques, mais pauvres en micronutriments, qui tendent à être moins chers, mais aussi de qualité nutritionnelle inférieure. La responsabilité individuelle ne peut pleinement jouer son rôle que si on a accès à un mode de vie sain.

Ressources sur l'obésité. Enfin, les facteurs héréditaires ne sont pas négligeables, car il y a effectivement des familles d'obèses.

Surpoids richesse qatar

L'obésité est une maladie générale qui expose à des risques graves d'hypertension, de diabète et de maladies cardiovasculaires. On sait aussi qu'être en surpoids ou obèse multiplie par 4 ou 5 le risque d'arthrose, par un effet mécanique, mais aussi parce que l'excès de graisse exerce un effet biologique sur les articulations. La gonarthrose, ou arthrose du genou, est le plus fréquemment liée à l'obésité, de même que les douleurs lombaires. Mais c'est l'arthrose digitale qui est le plus manifestement liée à l'obésité.

Toutefois, au niveau des doigts, ce n'est pas uniquement l'excès de poids qui est en cause, mais l'accumulation dans le tissu gras de substances - les cytokines - du fait de l'obésité, qui, en se déplaçant, s'installent, se nichent, dans des articulations. En somme, le tissu adipeux est un réservoir de substances génératrices d'arthrose. C'est donc à ce niveau qu'il faut agir…. Le diagnostic d'une arthrose chez un patient obèse repose sur leur localisation.

Certaines sont rares, l'épaule, le poignet, la cheville. La façon dont se rides usage example les douleurs est également importante: si elles sont fréquentes, elles sont dites mécaniques, par rapport aux mouvements, aux changements de positions, avec ou sans gonflement aux genoux, aux doigts, avec déformation parfois, là encore, aux genoux et aux doigts.

Sans oublier l'arthrose du rachis, avec des douleurs et une limitation des mouvements qui aggravent encore le handicap lié à l'obésité. Il n'y a pas de traitement spécifique de l'arthrose. Tout repose sur les antalgiques, les anti-inflammatoires et les infiltrations de cortisone ou d'acide hyaluronique, réservées surtout aux genoux et à la hanche.

On peut aussi éventuellement se contenter d'injecter un simple gel lubrifiant, c'est la viscosupplémentation. Mais on ne dira jamais assez combien les techniques manuelles - ostéopathie et massages - les ultrasons et les infrarouges, sans oublier le thermalisme, sont efficaces. Il est aussi conseillé d'utiliser une canne, pour s'aider, et des orthèses ou des attelles pour stabiliser une articulation douloureuse.

Et, dernier ressort, reste la chirurgie qui, grâce aux prothèses, devenues banales, en particulier pour l'arthrose de hanche et de genou, peut spectaculairement changer la qualité de vie des patients arthrosiques. Dans tous les cas, et plus encore si obésité il y a, c'est principalement en respectant scrupuleusement des règles d'hygiène et de bon comportement qu'on peut espérer réduire les risques d'arthrose.

Maigrir, faire de l'exercice doivent être des objectifs quotidiens. Encore faut-il ne pas reprendre les mauvaises habitudes dès la sortie du bloc opératoire…. Au total, que ce soit pour l'arthrose ou pour les autres risques, souvent plus graves, que fait courir l'obésité, il est important d'écouter son corps et de lui donner les moyens de s'exprimer autrement que par la douleur, le handicap et le mal-être.