Régimes politiques xixe siècle wikipédia

Leçon de niveau Une page de Wikiversité. La Révolution française et le XIXeme siècle, l'affirmation d'un nouvel ordre politique. Fiches mémoires. Espaces de noms Page Discussion. Communiquer La salle café Discussion instantanée Soutien pédagogique Requêtes. Contribuer Aide Bac à sable Communauté Faire un don.

Outils Modifications récentes Pages spéciales Importer des pages Téléverser un fichier Page au hasard. La dernière modification de cette page a été faite le 26 juillet à Politique de confidentialité À propos de Wikiversité Avertissements Développeurs Statistiques Déclaration sur les témoins cookies Version mobile.

Obésité morbide wikipédia

Les origines de la Révolution. L'annéeannée charnière. Régimes politiques et démocratie au XIX. Cette industrialisation provoque un rééquilibrage de la population entre les villes et les campagnes. Enles Français disposent déjà du droit de grève loi Ollivier end'une presse totalement libre Loi sur la presse endu droit de syndicalisation loi Waldeck-Rousseau end'association Loi sur les associations en et du droit de vote depuismis à part les femmes.

L'instruction est rendue gratuite, laïque et obligatoire avec les lois Ferry de Les avancées, de Pasteur notamment, dans la médecine permettent une vie meilleure à chacun. Face à la déroute du Premier Empire napoléonien, on envisage un retour à la monarchie. Après le court interlude des Cent-Jours où les puissances coalisées battent une seconde fois Napoléon et contraignent ce dernier à un second exilLouis XVIII et les bourbons prennent réellement le pouvoir [ 4 ].

Enles partisans d'un royalisme fort, les ultras-royalistesdirigent le pays. La postérité appellera cette période la Terreur blanche de [ 5 ]. Durant l'année où elle détient le pouvoir, la chambre droitière vote des mesures répressives envers les anciens membres de l'Empire. Ainsi, des lois sont votées contre ceux qui ont permis le bref retour de Napoléon endes lois sont également votées contre la liberté de la pressejugée dangereuse par la majorité ultra, c'est la Terreur blanche légale [ 7 ].

Louis XVIII, qui comprend vite que cette chambre ne reflète pas le pays réel, décide de dissoudre la chambre des députés en [ 8 ].

Cette chambre introuvable est remplacée par une majorité de royalistes constitutionnels, souhaitant libéraliser quelque peu le pays [ 9 ]. Sous l'impulsion d' Élie Decazesprincipal personnage qui incarne ce royalisme constitutionnel, des mesures libérales sont votées comme la augmentation mammaire 85d photos Lainé en sur le système électoral, la loi Gouvion-Saint-Cyr sur l'armée en ou encore les lois de Serre en sur la liberté de la presse [ 10 ].

Le régime de la Restauration semble parti pour être une monarchie constitutionnelle à l'anglaise, tout en libéralisant politiquement la France. C'est sans compter sur un choc inattendu qui va renverser les chambres, l' assassinat du neveu du roisur lequel repose l'avenir dynastique [ 11 ]. Les mesures libérales sont jugées responsables de la situation et enla Restauration prend un virage à droite irréversible. L'opposition de gauche s'unit sous la défense des idéaux révolutionnaires. Elle rassemble constitutionnels, libéraux et républicains.

Cette opposition triomphe finalement de cette chambre retrouvée aux élections de [ 14 ]. Charles X, un temps conciliant, décide de ne plus jouer le jeu parlementaire dès et nomme un gouvernement ultra alors que la majorité de la chambre est libérale.

L'opposition entre les deux idéologies conduit une lutte d'abord légale pendant 1 an, puis, à la suite des ordonnances contre-révolutionnaires de Charles Xà une lutte illégale et à une révolution désormais célèbre sous le nom de Trois Glorieuses [ 15 ]. Charles X est chassé du trône et les libéraux appellent son lointain cousin Louis-Philippe pour le reprendre. C'est la fin de la Restauration et le début de la monarchie de Juillet [ 16 ].

A partir deune nouvelle monarchie voit le jour en France après la révolution des Trois glorieuses qui a failli accoucher d'une république. Cette période coincide avec l'arrivée au pouvoir de la bourgeoisie, alors qu'elle en était partiellement exclue lors de la Restauration précédente.

La monarchie de Juillet est caractérisée par les premiers vrais pas du parlementarismequi certes existait dans le régime précédent mais était extrêmement limité. Les gouvernements successifs dirigés par Guizot et consorts doivent accompagner une France en pleine mutation du fait de la révolution industrielle. La monarchie élargit le suffrage censitaire pour y inclure davantage d'électeurs. Néanmoins, le corps électoral de la nation est encore très restreint et se limite à la bourgeoisie, à la noblesse et aux rentiers.

L'une des grandes batailles idéologiques entre les deux partis de gouvernement que sont le parti du mouvement et le parti de l'ordre prendra d'ailleurs son fondement dans cette problématique.

Régimes politiques xixe siècle wikipédia

Le parti de l'ordre n'est pas favorable à un élargissement du suffrage tandis que le parti du mouvement est pour baisser le cens électoral pour permettre à la petite bourgeoisie de voter et ainsi potentiellement gagner des électeurs.

Toutefois, mis à part quelques républicains radicaux, il n'est jamais question de suffrage universel. Ainsi, c'est une petite minorité prospère et galvanisée par les profits générés par la révolution industrielle qui est aux manettes du pouvoir tandis que le pays "réel" s'enlise dans les dernières crises de subsistance françaises.

Ainsi, une mauvaise année tant sur le plan économique mauvaises récoltes que politique campagne des banquetsscandales à répétition conjuguée à l'intransigeance de Guizot à réformer le pays provoque la chute de la monarchie de Juillet.

Ainsi, en févrierau terme d'une insurrection menée principalement par les chefs de file du parti républicain, Louis-Philippe abdique et s'exile en Angleterre.

La révolution française et le XIXeme siècle, l'affirmation d'un nouvel univers politique

À la suite du succès de la Révolution française deles républicains ne tombent pas dans le même piège qu'en et se hâtent de proclamer la république. Le gouvernement provisoire, porteur d'une véritable ambition sociale à ses débuts, se détache progressivement des socialistes pour ne compter que des modérés. Cette éviction des socialistes est entérinée par la victoire des républicains modérés aux législatives d'avril À la suite de cette élection, une commission exécutive sur le modèle du Directoire remplace le gouvernement provisoire.

Les ateliers nationauxcréés auparavant par le gouvernement provisoire afin de lutter contre le chômage, sont brutalement remis en question lors des journées de juin.

À partir de ce moment, la république abandonne son volet social pour plonger dans le conservatisme.

Monocratie

Sous la Restaurationles républicains s'opposent à la monarchie et militent pour sa disparition. Ils ne peuvent participer aux décisions du fait du système électoral qui favorise les bourgeois et les noblessoutiens du régime. Ils sont néanmoins présents à la chambre des députés à partir dedate de la fin de la Chambre introuvable qui a décimé leurs rangs.

Les républicains se constituent petit-à-petit en tant que force politique, et ce jusqu'au choc de l' assassinat du neveu du roile duc de Berry héritier du trône, le 14 févrierqui conduit le gouvernement à mettre en place des mesures répressives [ 17 ]. Le mouvement républicain se développe dans la clandestinité, rassemblant ses partisans dans des sociétés secrètes comme la Charbonnerieet promeut son combat par le biais de la presse.

Enface à la dérive droitière de la Restauration, les républicains sont décidés à abattre la monarchie et fomentent plusieurs insurrections. Toutes échouent, aboutissant à l'exil des principaux meneurs ou à des procès exemplaires allant jusqu'à leur condamnation à mort [ 18 ]. Après l'échec de ces tentatives de prises du pouvoir, les républicains se reconstruisent de l'intérieur avec l'arrivée d'une nouvelle génération dès le début du règne de Charles X.

Rideau de fer quel pays

Dès lors, l'idée d'une alliance avec les royalistes modérés s'esquisse, puis se concrétise à la suite des mesures réactionnaires prises par Villèle et Charles X. Des modérés rejoignent alors les sociétés clandestines, pendant que les républicains collaborent à la presse libérale. Le succès de cette alliance aux élections législatives de les conforte dans l'idée que celle-ci leur permettra un jour de conquérir le pouvoir [ 19 ].

La situation s'accélère après la nomination de Polignac à la tête du gouvernement. Les républicains préparent une nouvelle insurrection dans le plus grand secret et sont les principaux protagonistes des Trois Glorieuses. Cependant Thiers et les libéraux détournent cette révolution à leur profit et c'est donc finalement une seconde monarchie parlementaire qui est instaurée, et non une république [ 20 ].

Sous la monarchie de Juillet, la lutte contre la monarchie continue et aboutit à de nombreuses insurrections républicaines, qui sont matées par les gouvernements successifs de Louis-Philippe.

Les républicains sont contraints à la clandestinité comme précédemment. À partir des annéesles républicains se restructurent et deviennent une force politique non négligeable mais ses divisions internes entre radicaux et modérés les handicapent. Les républicains profitent d'une situation économique et politique désastreuse pour gagner en influence et faire alliance avec les libéraux de Thiers pour faire tomber Guizotils incorporent les banquets libéraux pour finalement se les approprier en développant leurs idées d'une société plus égalitaire réclamation d'un droit au travail, du suffrage universel.

Enles républicains fomentent une révolution et proclament la république, tirant les leçons de leur échec de Les royalistes dominent la vie politique de àils participent à tous les gouvernements de la période excepté durant l'année Il existe un clivage de fond entre les royalistes dès la Restauration.

Les uns veulent concilier royauté et révolution et sont pour l'établissement d'une monarchie constitutionnelle très parlementaire, ce sont les royalistes constitutionnels et libéraux, tandis que les autres veulent en priorité un pouvoir royal fort, comme du temps de l' Ancien Régimece sont les ultra-royalistes. Avec les Trois Glorieusesles Bourbons sont chassés du pouvoir et leur cousin de la branche d'Orléans monte sur le trône.

La plupart de ces partisans reprennent les idées ultra-royalistes et sont appelés légitimistes. L'autre parti, c'est celui qui considère Louis-Philippe et ses descendants comme légitimes à la couronne de France.