Démocratie régime égalitaire

Au début de la République romaine, seuls les membres de la première classe censitaire peuvent être magistrats.

Disease management of early childhood caries ecc collaborative project

Ces derniers sont habituellement élus pour un an et, contrairement à Athènes, ne sont pas rémunérés. Il existe plusieurs types de magistrats, chacun ayant des fonctions spécifiques.

Enfin, la République romaine comporte un Sénat. Au début de la période républicaine, le conseil est formé de membres nombre qui augmentera au cours des sièclestous issus, encore une fois, des riches familles aristocratiques de Rome.

Le Sénat est un organe de consultation qui, en vérité, constitue la plus haute autorité de la cité et le véritable centre de son gouvernement. Au début de la République, les postes de sénateurs et de magistrats sont réservés aux patriciens, lesquels forment sans surprise les premières classes censitaires.

Les premiers siècles de la République sont ainsi marqués par des revendications acharnées des plébéiens pour obtenir davantage de droits politiques. Au 3 e siècle av. Or, les classes censitaires existent toujours.

Pendant toute la période républicaine, malgré les apparences démocratiques votes des comices, élections des magistrats, etc. Au 2 e siècle av. Au 1 er siècle av. En 31 av. Peu à peu, le château devient le centre économique et politique du fief et un refuge pour les serfs lorsque les guerres font rage. Bien que les seigneurs ne soient pas tous riches et puissants, ils appartiennent néanmoins à la noblesse. Cette institution sociale qui domine le monde occidental est divisée selon une certaine hiérarchie.

Certains nobles offrent leurs services à des seigneurs plus puissants pour former des alliances. Ce sont eux qui ont les moins bonnes conditions de vie, notamment durant les famines, les épidémies et les guerres.

En Angleterre, la situation évolue différemment. Cet interrègne se termine après la mort de Cromwell en Ce roi absolutiste et converti au catholicisme favorise ses coreligionnaires, ce qui inquiète la majorité protestante. Le Parlement se soulève contre Jacques II qui, craint-on, semble vouloir donner aux catholiques les plus hautes fonctions et surtout, le commandement des armées.

Les pouvoirs des monarques seront dès lors peu à peu restreints au profit du Parlement dont la légitimité va toujours progresser. Telle une lumière, la raison doit désormais éclairer tous les hommes. La philosophie des Lumières, héritière de ces conceptions, se propage en Europe et dans le monde occidental au 18 e siècle. De fait, de nombreux philosophes critiquent le pouvoir absolu du roi et les privilèges de la noblesse et du clergé en les opposant, par exemple, à la misère du peuple.

Plusieurs penseurs réfléchissent à la possibilité de créer une société plus juste où tous les hommes devraient être égaux. Selon ce principe, la population nomme des représentants à qui elle délègue le pouvoir de gouverner, de voter des lois et de les mettre en vigueur afin de garantir le bien public.

Charles Louis de Secondat de Montesquieu abonde dans le même sens, précisant ce qu'est un abus de pouvoir:. Pour regime une semaine xls les abus, Montesquieu écrit que les trois pouvoirs ne doivent pas être exercés par une même personne ou par un même corps :.

La diffusion de ces idées est favorisée par les premiers journaux et la circulation grandissante des livres. Malgré que ces nouveaux idéaux soient combattus farouchement par la censure royale et religieuse, ils se propagent partout en Occident et annoncent de grands bouleversements comme la Révolution américaine et la Révolution française Ce texte fondateur porte les idéaux des Lumières.

Dans les annéesle poids des impôts et une série de mauvaises récoltes attisent la colère du peuple contre le roi Louis XVIla noblesse, qui s'oppose à plusieurs tentatives de réformes, ainsi que le clergé. Enles États généraux sont convoqués et la Révolution française éclate en juillet Les premières années de la Révolution sont très sanglantes et politiquement mouvementées.

Cette Déclaration accorde aux citoyens des droits inaliénables fortement inspirés des idéaux des Lumières. Celle-ci adopte en une première constitution. Malgré tout, le climat social continue à se dégrader, surtout après la tentative de fuite du roi et son arrestation. C'est la période de Terreur. En Amérique latine, plusieurs colonies espagnoles se libèrent de la métropole. Peu à peu, les monarchies cèdent davantage de pouvoirs à des institutions qui, à divers degrés selon les pays, deviennent les forums du peuple.

Il s'agit donc d'un régime où les décisions sont prises par le peuple. Athènes est fondée formellement vers av. À partir de av. Des remparts encerclent à partir de av. Rares sont les bâtiments au-delà des quinze majestueuses portes, exception faite du populaire quartier du Céramique dont la production inonde le monde grec entier, ainsi seuls quelques gymnases et écoles de philosophie s'excentrent pour que leurs élèves profitent de la tranquillité et soient totalement isolés pendant les deux années de leur éphébie.

Système politique

L' agora devient le centre social et politique de la cité avec l'installation des institutions démocratiques sur cette place. En été de nombreux débats houleux ou amicaux se tiennent à l'ombre du portique sud et de la Stoa Poikilèon discute politique et philosophie en regardant les centaines d'étals emplis de victuailles et leurs marchands qui s'égosillent pour appâter le client. Des joutes oratoires d'un autre genre se déroulent sur la Pnyxcolline sur laquelle sont votées toutes les lois athéniennes.

Loin de ces ambiances festives plus ou moins décisives dans la direction de l'État, le monde rural vit aussi. Les riches propriétaires n'ayant pas déserté la campagne pour la ville profitent, avec les régisseurs de ceux partis, de la dolce vita faite de soleil, d' huile d'olive et de belles esclaves pendant que se plient leurs autres esclaves au dur labeur imposé par le climat aride de l' Attique. Les femmes, comme les esclaves, n'ont pas de pouvoir politique. La naissance de la démocratie peut être considérée par rapport à un horizon politique au sens large du terme qui va rendre cette réforme possible et nécessaire, une crise politique et sociale totale, la stasis.

La démocratie trouve son origine dans la grave crise de la cité grecque et les mutations propres à Athènes. Pour répondre à cette double crise, de nombreuses cités modifient radicalement leur organisation politique. On ne saurait méconnaître cependant le lien essentiel entre démocratisation économique et sociale décrite ci-après et démocratisation politique, non plus que l'essor naval athénien à partir de av.

D'une part les agriculteurs grecs sont peu compétitifs face à la concurrence de plus en plus vive des terres fertiles de la Maigrir avec des laxatifs récemment colonisée. De plus en plus de paysans, incapables d'écouler suffisamment leur production, sont condamnés à se vendre comme esclaves pour faire face à leurs dettes.

Ces sujets peu fortunés, sur lesquels repose une part croissante de l'économie, viennent grossir le rang des chômeurs et manifestent leur mécontentement. D'autre part, corrélativement à l'appauvrissement des masses paysannes, émerge une nouvelle classe de sujets aisés, faite de commerçants et d'artisans notamment potiers à Athènes [ réf.

Le système aristocratique basé sur la propriété agraire est battu en brèche face aux revendications égalitaires de ces nouveaux citoyens-soldats. On parle de révolution hoplitique. Au sein de chaque cité les grandes familles s'appuient sur le mécontentement populaire tant des paysans appauvris que des nouveaux riches urbains pour mieux se disputer le pouvoir. Elles n'hésitent pas non plus à faire appel à des puissances extérieures pour renverser les tyrans. Ainsi, les cités se combattent fréquemment entre elles, ce qui nourrit souvent les révoltes, par ailleurs durement réprimées.

Mais les guerres sont aussi parfois un facteur de cohésion interne des cités. En outre, chaque cité grecque frappe désormais sa propre monnaie, forgeant ainsi une nouvelle composante majeure de son identité.

Pour la monnaie athéniennec'est une chouette. Partout la nouvelle configuration des rapports de forces sociales fait émerger une nouvelle donne politique. On distingue quatre principales séries de réformes. Dracon est mandaté, en av. La sévérité des peines prévues devait rester légendaire, et l'adjectif draconien est devenu synonyme d'implacable.

Mesure limitée qui, cependant, affirme pour la première fois l'autorité de l'État au-dessus des parentés dans le domaine de la justice, instaure un droit commun pour tous et, par là même, porte atteinte à l'arbitraire des aristocrates.

Six thesmothètes gardiens de la loi écrite viennent alors renforcer le collège des archontes. Malgré l'amplification de la crise, le monopole économique et politique des grandes familles athéniennes, les Eupatridesn'est cependant en rien attaqué, les archontes dirigeant collégialement la cité étant toujours tous issus de ces milieux.

Avec Solon, le législateur, puis avec les PisistratidesAthènes fera successivement l'expérience de l'une et de l'autre. Athènes est en pleine crise politique et sociale lorsque les adversaires se mettent d'accord pour choisir Solon comme arbitre.

Il a surtout effectué des réformes constitutionnelles qui lui valurent la réputation d'être le père de la démocratie.

La démocratie comme meilleur des régimes : droit et liberté

Le système qu'il a proposé est un peu différent de la ploutocratie. Des hommes libres, Solon tire quatre classes censitaires. L'accès aux charges passait toutefois par une élection à l'Ecclésia. Aristote affirme qu'il aurait créé un deuxième Conseil de quatre cents membres [ 4 ] à raison de par tribu au fonctionnement probouleumatique [ 5 ] mais aucune preuve de son existence n'a été découverte à ce jour.

Les anciennes structures politiques fondées sur la richesse et les groupes familiaux furent remplacées par un système de répartition territoriale. Dans chaque ensemble se trouvent dix groupes de dèmes, nommés trittyes. Ce système, sur lequel se base la nouvelle organisation des institutions, casse la pratique du clientélisme traditionnel.

La Boulè passe ainsi de à membres, 50 pour chaque nouvelle tribu, et sert non plus à éclairer l'Aréopage mais à définir l'ordre du jour de l'Ecclésia. Malgré la création des tribunaux de l'Héliée, la mainmise sur le pouvoir judiciaire de l'Aréopage reste prédominante. La réforme ne retint pas le vote comme mode principal de désignation des responsables politiques, lui préférant des tirages au sort pour la désignation des bouleutes et des héliastes et un système d'alternance régulière pour les prytanesce qui fait, pour partie, de la démocratie athénienne une stochocratie.

D'autre part, lorsque Thémistocle convainquit les Athéniens de construire une flotte de combat pour leur défense contre les Persesen av. Cet essor naval d'Athènes conditionna aussi la démocratie proprement dite. Elle leur permettait de chômer un jour pour assurer leurs fonctions civiques et politiques. Le montant de cette indemnité ou misthos passa de deux à trois oboles par jour sous Cléonsoit l'équivalent du faible salaire d'un ouvrier. Cette mesure renforça le caractère démocratique du régime athénien.

Cependant, Périclès se distingua plus par ses actions militaires et diplomatiques et par les grands chantiers qu'il entreprit que par sa rénovation des institutions politiques. EnPériclès fit adopter un décret qui imposa, pour devenir citoyen, d'être né de l'union légitime d'un père citoyen et d'une mère, fille de citoyen [ 9 ]. EnPériclès modifie la loi qui désormais confère la citoyenneté au jeune adulte à la seule condition de la double filiation d'un père de statut citoyen et d'une mère, fille de citoyen, ce second critère introduisant une restriction notable.

Les esclaves et les femmes considérés respectivement comme des biens et d'éternelles mineures, ainsi que les métèques étrangers furent exclus de la communauté politique, comme dans la plupart des cités grecques. Ces naturalisations sont donc très rares et solennelles. La rareté de ce droit de cité accordé à des étrangers s'explique par le désir de maintenir un équilibre optimum entre le territoire et ceux qui se le partagent, et de ne point accroître inconsidérément le nombre des citoyens, c'est-à-dire des ayants droit [ 10 ].

La citoyenneté conférait un pouvoir politique, mais aussi une protection judiciaire, les citoyens ne pouvant ni être soumis à la question tortureni être condamnés au supplice ou à une peine corporelle.

Les seules peines qui pouvaient leur être infligées étaient donc l'amende, l' atimiel'exil, et la mort par suicide forcé. Les athéniens écrivaient sur une petite plaque le nom d'une personne qui selon eux devaient être bannis de la cité. La personne ayant le plus de vote était forcée de quitter la cité et de ne pas revenir pour une certaine période de temps. C'est ce qui est arrivé à Thémistocle. Le citoyen athénien avait le droit de voter et d'être élu mais il avait le devoir de faire la guerre et de payer les impôts.

Par ailleurs, les riches devaient financer les liturgies et les pauvres devaient être aidés financièrement pour pouvoir participer à la vie de la cité. Bien que la démocratie athénienne n'eût jamais de constitution écrite officielle, les rôles de ses institutions n'en demeurent pas moins clairement connus et distincts les uns des autres.

Leurs évolutions font donc l'objet de subtiles luttes politiques. C'est l'assemblée qui rassemble tous les citoyens qui se réunissent sur la colline de la Pnyx.

Ces votes se font à main levée et à la majorité simple. Une fois votée, la loi est exposée au public sur l' Agora. Selon un processus similaire, l'Ecclésia peut, une fois par an, prononcer l'exil d'un citoyen. Ce vote est appelé l' ostracisme dont le nom vient du morceau de céramique l' ostracon sur lequel est inscrit le nom de la personne dont on demande le bannissement.

Cette sanction est dure, car le banni n'est plus protégé par sa cité. Il est soumis à tous les aléas, et dans les pires cas, il peut connaître l'esclavage. La réunion annuelle d'ostracophorie s'effectue après celle pendant laquelle les magistrats, bouleutes et héliastes sont tirés au sort pour des mandats d'un an.