Culture toxine botulique spasticité

La BoNT-A est de plus en plus utilisée comme thérapie intravésicale locale chez des patients présentant une hyperactivité neurogène. Les muscles lisses et la transmission cholinergique des glandes sudoripares sont bloqués pendant six à neuf mois. Après cette période, la synapse retrouve son activité originelle. La prise en charge clinique des patients avec des troubles spastiques focaux implique toujours une collaboration multidisciplinaire.

Un accord doit être trouvé entre les objectifs du thérapeute et les attentes du patient. Ces produits se différencient les uns des autres par leurs unités de dosage. La toxine botulique en neuroréhabilitation — utilité actuelle Christian Kätterer. Les neurologues ayant été parmi les premiers à recourir à la toxine pour ses vertus myorelaxantes, ils restent ses plus gros utilisateurs.

Idem pour le spasme hémifacial de la paupière, de la joue et de la lèvre. Là encore, cette indication est toujours valable. Certains infirmes moteurs cérébraux ont tendance à trop saliver, mais ils ne sont pas les seuls. Au cours d'affections neurologiques chroniques comme la maladie de Parkinson, injecter de la toxine botulique à la jonction des nerfs avec les glandes salivaires et parotides peut diminuer cette hypersalivation.

La fibre musculaire se comporte comme s'il y avait dénervation. Avant la reprise du fonctionnement synaptique synthèse de nouvelles moléculesil se produit un phénomène de remodelage synaptique.

Le vaste domaine d'action de la toxine botulique

Ce processus explique l'effet réversible d'une injection de toxine botulique. En général, la fonction musculaire revient à la normale après trois à cinq mois. Depuis la première application thérapeutique en dans le strabisme, la toxine botulique a été utilisée dans le traitement symptomatique de nombreuses pathologies caractérisées par une hyperactivité de certains groupes musculaires ou un dérèglement du système nerveux autonome.

Son utilisation permet également de réduire la spasticité infirmité motrice cérébrale, accidents vasculaires cérébraux, sclérose en plaques. Son indication est aussi établie dans des indications diverses comme les dyssynergies vésico-sphinctériennes, l'achalasie, les spasmes du sphincter d'Ody, les fissures anales, l'hyperhidrose localisée 10,11,12 l'hypersialorrhée, les larmes de crocodile et d'autres indications, telles la fibromyalgie ou les céphalées de tension.

Le rôle de la transpiration est de concourir à la régulation thermique afin de maintenir la stabilité de la température du corps.

On parle d'hyperhidrose lorsque la quantité de sueur produite dépasse de façon considérable le volume nécessaire à la thermorégulation. L'hyperhidrose primaire est toujours bilatérale dans le cas contraire des investigations approfondies doivent être faites pour mettre en évidence une pathologie neurologique sous-jacente.

Navigation

L'activité sudorale, contrôlée par le système sympathique neuromédiateur : acétylcholine peut augmenter d'un facteur 10 chez certains individus soumis à des stress émotionnels. L'hypersudation est aussi déclenchée par certaines substances comme la caféine, la théine, les mets épicés ou associée à un terrain atopique, le tabagisme, ou lors d'une surcharge pondérale. Quelle que soit l'étiologie ou l'association à une pathologie, la plupart des patients développent une hyperhidrose axillaire ou palmo-plantaire après la puberté probablement associée à des modifications hormonales.

L'excision des glandes sudoripares ou la sympathectomie doivent être réservées aux cas où l'hypersudation est particulièrement profuse et rebelle aux traitements médicaux.

L'injection de toxine botulique dans les sites d'hyperhidrose a considérablement amélioré la qualité de vie de ces patients. EnBushara et coll.

Culture toxine botulique spasticité

Ils ont en effet noté que les patients traités pour un torticolis spasmodique avaient une diminution de la sueur dans la zone traitée. La toxine botulique diminue la sudation en inhibant la contraction des cellules myoépithéliales responsables de la vidange des glandes sudoripares.

Ces cellules sont contrôlées par le système sympathique à médiation cholinergique. Le traitement par toxine botulique est indiqué dans l'hypersudation d'origine fonctionnelle, en l'absence de cause organique détectable hyperthyroïdie, infection, néoplasie et après échec des traitements usuels fig. A titre d'exemple, pour inhiber helicopter rides in orlando fl international drive sudation d'une zone comme le creux axillaire, il faut injecter environ 5 U par 4 cm 2ce qui aboutit à injections pour traiter la zone.

L'injection est simple et facile. Jusqu'à ce jour, le traitement des hyperhidroses par toxine botulique n'a montré aucun effet secondaire en dehors d'une possible faiblesse de la musculature du voisinage immédiat. La durée de la diminution de la sudation est variable, en moyenne de sept mois six semaines à quatorze mois. D'autres formes rares d'hyperhidrose associées à des syndromes ont également été traitées avec succès par la toxine botulique POEMS syndrome, pachyonychie congénitale, syndrome d'Apert, pachydermopériostose, syndrome de Papillon-Lefèvre, syndrome de Rossainsi que des formes localisées d'hyperhidrose comme le granulosis rubra nasi.

La dysidrose palmo-plantaire dont les manifestations sont provoquées ou aggravées par l'hypersudation a également fait l'objet d'un traitement par la toxine botulique avec des résultats intéressants. Récemment, Kang a obtenu un bon résultat en traitant des patients souffrant de maladie de Hailey-Hailey avec de la toxine botulique A. Un essai d'injection de toxine botulique a été effectué dans des lésions lichénifiées, secondaires à un grattage chronique localisé, une entité associée à la dermatite atopique avec une très bonne réponse après trois à sept jours sans récurrence après plus de quatre mois.

EnJean et Alistair Carruthers 26 notent que chez les patients traités par de la toxine botulique, les rides s'estompent considérablement. C'est enque les premiers traitements contre les rides sont effectués avec par la suite un franc succès. Les rides sont atténuées par inhibition de l'hyperactivité musculaire au niveau du visage.

Il faut cependant distinguer deux types de rides ; celles qui sont engendrées par une diminution du collagène et des fibres élastiques dermiques, favorisée par la force gravitationnelle, et celles secondaires à une hyperfonction des muscles de la face rides d'expression.

C'est pour ce type de rides que le traitement par la toxine botulique est indiqué. En effet, l'injection d'une faible quantité de toxine permet une paralysie partielle du muscle avec un relâchement de la peau en regard et un affaissement de la ride.

Les premiers résultats apparaissent 48 heures après l'injection et sont complets après dix jours. Le relâchement et la disparition de la ride s'étendent sur une période de trois à cinq mois.

Toxine botulique : pas assez de médecins spécialisés ?

Inévitablement en raison de la facilité d'exécution, de la sécurité et du résultat esthétique, l'utilisation de la toxine botulique est rapidement devenue le traitement consacré des rides d'expression. Les effets indésirables sont essentiellement la parésie non souhaitée de certains groupes musculaires voisins des sites d'injection. Les effets indésirables sont variables selon les indications. Dans le cas du strabisme, la paralysie provoquée d'un ou de plusieurs muscles extra-oculaires peut entraîner une désorientation spatiale, une vision double, une ptose.

Pour la dystonie cervicale, l'effet indésirable le plus sérieux est le trouble de la déglutition. En dermatologie, le traitement par la toxine botulique a montré une grande sécurité d'utilisation et une efficacité remarquable. En Suisse, l'utilisation de la toxine botulique pour l'hyperhidrose n'est pas encore reconnue par les autorités sanitaires. Pour cette raison, le traitement n'est en principe pas pris en charge par l'assurance. La présence d'anticorps antitoxine botulique ne provoque aucun trouble particulier chez l'homme, mais signe une résistance à la toxine augmentée en fonction de l'importance des doses et de la fréquence des injections.

Cette résistance est rare, le passage dans le sang de la toxine étant très bref internalisation rapide de la toxine par endocytose. Cependant, avec la nécessité d'injecter à intervalle régulier pour maintenir l'efficacité, des résistances peuvent parfois survenir. Les études en cours avec le sérotype C semblent indiquer une plus grande similitude avec le sérotype A. L'administration de la toxine botulique est contre-indiquée lors de la présence d'une affection au site d'injection, lors d'une maladie neurologique périphérique ou d'un trouble de la jonction neuromusculaire comme une myasthénie grave.

L'utilisation de la toxine est également contre-indiquée chez les femmes enceintes. Certains médicaments qui peuvent interagir avec la toxine botulique en augmentant la faiblesse musculaire aminoglycosides, curares, ciclosporine, botox em cabelos pretos doivent être utilisés avec prudence.

La toxine botulique est un traitement dont les applications sont nombreuses et les résultats intéressants.

Culture toxine botulique spasticité

Avec le recul, les injections de toxine botulique sont sûres et l'efficacité de ce traitement dans les indications dermatologiques est démontrée.

Dans le futur, d'autres sérotypes seront commercialisés qui permettront sans doute d'étendre encore l'utilisation de la toxine botulique.

Toxine botulique : une révolution thérapeutique C. Tschanz D. Salomon M.